Je veux changer mon accessibilité

Contexte : Sciences et techniques d'Europe

Armement d'un navire

Accès aux autres principaux thèmes de la documentation passer ce menu

Hommes | Cartes et sites | Expéditions | Base de données


L'armement d'un vaisseau consiste à le mettre en état de naviguer, de combattre et d'accomplir la mission à laquelle il est destiné.

Ces opérations s'appliquent en une chaîne opératoire qui commence dès qu'est terminée la construction de la coque du navire, que ce dernier a été entièrement bordé et calfaté et qu'il a été lancé à la mer. Il ne s'agit donc pas seulement de pourvoir le vaisseau en armes, en personnel et en vivres mais également de le mâter, le lester, l'arrimer, lui installer son gréement, l'aménager et l'approvisionner dans ses moindres détails.

De nombreux albums décrivent précisément toutes les opérations de la construction navale à l'armement : depuis l'Album de Colbert, datable des années 1670, le principe n'a pas beaucoup évolué comme on en juge dans les albums de Nicolas Ozanne, postérieurs d'un siècle.

Le navire commence son processus d'armement avec la mise en place de la mâture puis du gréement correspondant (basses voiles, voiles de hune, voiles de perroquet de fougue). Puis, il est lesté dans la partie la plus basse de la coque, en fonds de cale, de manière à lui assurer le meilleur équilibre à la mer. C'est dans cette partie là, aux deux extrémités de la cale, qu'est stocké l'approvisionnement en artillerie, les poudres et les garousses. Les provisions d'eau, en futailles sont également entreposées dans la cale ainsi que les voiles et cordages de rechange. L'artillerie et les boulets sont ensuite embarqués et solidement arrimés, leur poids comptant beaucoup dans l'assiette du bâtiment, puis le navire est équipé de ses ancres.

Les problèmes de charge sont précisément pris en compte au moment de l'armement : par exemple, pour un vaisseau de 90 canons accueillant 850 hommes, la charge d'armement pour 6 mois de campagne correspond à une augmentation de 2 000 tonneaux métriques de son déplacement, soit un abaissement de ligne de flottaison d'une hauteur de 2m47.

Les vivres correspondant à la mission sont programmés en fonction de l'expédition, leur chargement et celui des munitions étant de plus en plus adapté au type de voyage, selon des modèles définis.

 


Les différents chapitres du contexte "Sciences et techniques d'Europe", passer ce menu

Armement d'un navire | Calcul des longitudes | Continent austral | Maladies nautiques | Progrès de la marine



Vérifié par A-Prompt Version 1.0.6.0. Niveau WAI 'triple A'