Je veux changer mon accessibilité

Contexte : Rites et croyances d'Océanie

Cannibalisme

Accès aux autres principaux thèmes de la documentation passer ce menu

Hommes | Cartes et sites | Expéditions | Base de données


Pratique en rapport avec la guerre et la vengeance, l'anthropophagie des océaniens a beaucoup choqué les premiers voyageurs européens dans le Pacifique au 18e siècle. Cependant il faut distinguer le cannibalisme à caractère rituel de celui qui correspond à une habitude alimentaire en rapport avec la guerre. Dans le premier cas, les guerriers ne consommaient que le foie, le coeur ou des morceaux du cerveau des prisonniers ou des ennemis tués au combat. Cette coutume était associée à la chasse aux têtes, les crânes des victimes étant ensuite conservées comme des trophées. À l'origine de cette pratique, l'espoir d'acquérir la force spirituelle ou les qualités du défunt quand il s'agissait d'un homme brave ou exceptionnel ; en même temps le vainqueur devait montrer son courage en consommant les parties essentielles du corps de son ennemi (Philippines, Indonésie centrale et orientale, Mélanésie). Dans cette dernière région comme dans le reste de l'Océanie (sauf en Micronésie), les ennemis tués étaient décapités (la tête mise de côté), les corps coupés en morceaux, rôtis dans un four creusé dans le sol ou cuits dans des marmites en poterie ; ils étaient mangés rituellement par les hommes,  surtout chefs et grands hommes qui participaient à ces "banquets" (Nouvelle Zélande, Fiji, Kanaky, Marquises). Aux Fiji, l'intensité du phénomène semble avoir été plus grande qu'ailleurs, des chefs marquant d'une pierre chaque victime consommée ; par euphémisme, on parlait alors de la cuisson d'un "cochon long".
En Polynésie, le paroxysme de la consommation de chair humaine a été atteint à l'île de Pâques peut être en raison du manque de mammifères, la seule viande de l'île étant le poulet et le rat. Sur cette petite île, à forte croissance démographique en regard de ressources très limitées, des conflits fréquents éclataient entre les groupes territoriaux (mata). Souvent, les prisonniers hommes, femmes et enfants étaient tués et mangés par les vainqueurs ; le crâne des chefs était brûlé comme une ultime offense. Dans ce contexte particulier, le cannibalisme infligeait une humiliation supplémentaire aux descendants des victimes : les ossements de leurs parents étaient utilisés comme outils par les vainqueurs. Il semble que la guerre était en partie stimulée par la promesse de ces banquets cannibales dont les femmes étaient exclues. Les doigts et les orteils étaientt considérés comme des parties de choix. En outre, certains captifs étaient offerts aux dieux ; après le sacrifice, ils étaient consommés rituellement par les prêtres et les hommes influents.
Aux Marquises, d'après les témoignages du siècle dernier, par vengeance, les prisonniers étaient d'abord torturés et leurs corps découpés vivants au couteau de bambou ; chaque guerrier emportait sa part. Les festins cannibales des guerriers s'accompagnaient de beuveries de kava et de chants particuliers. Souvent les prisonniers de guerre étaient immolés aux cours de cérémonies plus longues, entrecoupées de chants et de danses ; le coeur des victimes était réservé au chef de guerre (toa), les yeux au chef du groupe local, mais la tête revenaient à celui qui avait capturé la victime, qui en confectionnait un crâne-trophée. Les repas cannibales avaient lieu à l'écart des habitations.

Lors du second voyage de Cook ont été collectés des objets en rapport avec le cannibalisme comme des couteaux à découper la viande humaine (équipés de dents de requins chez les Maori). En Polynésie, la conversion au christianisme et la colonisation ont mis fin au cannibalisme dans la seconde moitié du 19e siècle. En Insulinde et en Mélanésie, les pratiques de consommation de chair humaine liées aux rites de chasse aux têtes ou à la guerre, ont perduré plus longtemps.


Les différents chapitres du contexte "Rites et croyances d'Océanie", passer ce menu

Cannibalisme | Chasse aux têtes | Culte des ancêtres | Déités et sanctuaires | Mana | Mythes d'origine | Parole et écriture | Tabou



Vérifié par A-Prompt Version 1.0.6.0. Niveau WAI 'triple A'