Je veux changer mon accessibilité

Contexte : Société Océanienne

Histoire du peuplement

Accès aux autres principaux thèmes de la documentation passer ce menu

Hommes | Cartes et sites | Expéditions | Base de données


D'après les estimations actuelles fondées sur l'archéologie préhistorique, on fait remonter à environ 53 000 ans, durant le dernier âge glaciaire, les mouvements de populations atteignant la région dite de "Wallacea", les petites îles de la Sonde dans l'Est indonésien. Venus du continent asiatique à travers les terres qui deviendront les archipels de l'Indonésie et des Philippines, appelées "continent de Sunda", ces premiers groupes humains à pénétrer dans l'aire Pacifique, negroïdes et australoïdes, ont profité du bas niveau des eaux pour traverser les bras de mer sans doute à l'aide de radeaux et de pirogues monoxyles. Parvenus en Nouvelle-Guinée, Australie et Tasmanie, ils continuèrent lentement leur expansion vers l'Est, occupant l'archipel Bismark il y a 20 000 ans.

La remontée des eaux, causée par le réchauffement, entre 18 000 et 8 000 ans avant notre ère, supprime les "ponts pléistocènes" et le niveau de la mer remonte de 150 m environ en Insulinde et dans le Pacifique occidental, isolant ces populations qui évoluent ensuite de manière distincte dans les aires voisines de Sunda, les îles de la Sonde, et Sahul, la Nouvelle-Guinée et l'Australie. Ces peuples utilisant des parlers qui sont à l'origine des langues "papoues" et australiennes actuelles, sont éparpillés dans de multiples archipels de Timor à la Nouvelle-Bretagne et du Détroit de Torrès à la Tasmanie.

Il y a environ 6 500 ans, au Néolithique, les peuples austronésiens, agriculteurs originaires des régions côtières de la Chine du sud et de Taïwan, commencent leur mouvements d'expansion vers le sud et l'est, d'abord à travers les archipels de l'Insulinde, puis dans les petites îles de la Sonde et les Moluques, vers la côte nord de la Nouvelle-Guinée ; ils peuplent aussi les Mariannes et îles hautes de Belau et Yap (Micronésie) entre -3 500 et -2 500 ans. Le "couloir" qui longe la côte de la Nouvelle-Guinée est la voie privilégiée des migrations vers la Mélanésie de l'est, la Micronésie centrale et orientale, et bien plus tard, la Polynésie. Les peuples austronésiens, d'origine mongoloïde, emportent avec eux, une technologie lithique particulière, la poterie, des tubercules et des animaux domestiques (porc, chien, poulet) ; leurs grandes pirogues à balancier équipées de voiles ont été développées soit aux Philippines soit aux Moluques. Ils assimilent en partie les populations australoïdes de cette région, différents groupes intermédiaires parlant des langues austronésiennes et papoues sont attestés. Ces peuples dits "Mélanésiens" occupent la région des îles Bismarck, Amirauté et Salomon où la poterie lapita apparaît, elle est diffusée au sud-est jusqu'en Nouvelle-Calédonie et entre1500 avant notre ère jusqu'à 300 après notre ère en Polynésie occidentale.

La région mélanésienne forme le "creuset culturel et biologique" d'où émergent les ancêtres des Polynésiens actuels. C'est sans doute à Fiji que les grandes pirogues doubles voient le jour. Ces navigateurs continuent d'abord vers Tonga (1 200 avant notre ère), atteignent ensuite Samoa (1 100 avant notre ère), puis les Marquises vers 200 avant notre ère. À leur tour, les îles de la Polynésie centrale et orientale sont peuplées, puis c'est l'expansion du triangle polynésien vers l'est, à travers les îles Gambir, jusqu'à Rapa nui (400), le nord (Hawai'i,  300) et, à nouveau, vers l'ouest (Nouvelle-Zélande, 900) et un retour en Polynésie occidentale, aux "avant-postes". En dépit de nombreuses variations régionales dans une aire immense, on est frappé par l'unité culturelle et linguistique des Polynésiens, si on les compare aux autres peuples de l'Océanie. Le reste de la Micronésie, les Carolines centrales, les Marshall, Tungaru (îles Gilbert), ont aussi été probablement peuplées à partir des îles Salomon et des Santa Cruz, comme une simulation par ordinateur semble l'indiquer. Contrastant avec ces populations, les aborigènes australiens et les Tasmaniens n'ont pas reçus les influences culturelles des Austronésiens.

 





Vérifié par A-Prompt Version 1.0.6.0. Niveau WAI 'triple A'