Je veux changer mon accessibilité

Contexte : Rites et croyances d'Océanie

Mythes d'origine

Accès aux autres principaux thèmes de la documentation passer ce menu

Hommes | Cartes et sites | Expéditions | Base de données


Le mythe constitue un système logique dont la cohérence interne se reflète dans les différentes séquences narratives. Ces récits formulent soit une explication du monde, soit une représentation des valeurs propres à la société à travers une réflexion sur les différents aspects de la nature et de la culture. Une élaboration intellectuelle apparaît notamment dans les mythes dits de création, la cosmogonie, et dans ceux qui racontent l'origine des humains et des éléments principaux de la vie en société (origine du feu, de la cuisson des aliments, la notion de l'inceste, l'exogamie, des plantes alimentaires...) ou encore de pratiques culturelles particulières (tatouage..). On peut y ajouter les récits étiologiques expliquant, par exemple, le mouvement du soleil ou celui des étoiles.

En Océanie, ces mythes d'origine établissent souvent une généalogie rituelle des dieux et des éléments ou des ancêtres primordiaux ; cette généalogie est récitée par les spécialistes, des prêtres ou les "aînés" des clans et lignages qui ont accès à cette connaissance ésotérique, réservée à un petit nombre d'individus. La création du cosmos est développée dans les mythes polynésiens ; ils décrivent le processus de création comme une évolution, une croissance, à partir d'un état primordial, le vide, le chaos, la nuit et l'obscurité, le Po.

À l'ouest, la figure de Tangaloa, dieu créateur, se dégage ; il est connu comme préexistant et responsable de toutes les choses de l'univers (îles Samoa, Tonga, Niue). Son messager, l'oiseau Tuli, cherchait la terre en survolant l'océan primordial, mais c'est Tangaloa qui y a jeté un rocher devenu l'île de Manu'a (archipel de Samoa). Puis, il a créé les îles de Tonga et Fiji. L'oiseau Tuli se plaignant du manque d'ombre, Tangaloa lui a donné une tige à planter, cette dernière a produit les humains. Ailleurs, la rencontre entre l'élément passif, la nuit (po) avec le jour, la lumière (ao), engendre le monde ; ensuite l'évolution de toutes les choses existantes est exprimée par des notions abstraites. D'autres mythes de création sont au contraire complètement personnalisés. Les deux éléments primordiaux deviennent le ciel, le "père", et la terre, la "mère", qui donnent naissance aux dieux, aux éléments, aux îles et à toutes les choses vivantes.

À l'est de la Polynésie, c'est le fils premier-né - à l'image du fils du chef dans la société humaine - qui joue un rôle actif au niveau cosmologique : il sépare le ciel de la terre, crée les terres des îles, les plantes et enfin l'homme. Selon les îles, il porte le nom de Tane, Tu, Ta'aroa ou encore Rongo.

Dans l'ouest polynésien, Tangaloa ou Tangaroa apparaît comme le créateur unique de l'univers. Parallèlement avec ces idées, existe aussi la notion d'une forme sphérique,  oeuf ou coquillage, qui contiendrait la vie et les éléments du cosmos à partir duquel Ta'aroa, identifié comme la "source" de tout, Te Tumu, a débuté le processus de la création.

Le panthéon polynésien comprend de nombreux personnages ; Tane, ou Kane à Hawai'i - dont le nom signifie aussi "homme" - accomplit des actes fondateurs : il sépare le ciel de la terre, crée la femme ; il préside au travail du bois, à la navigation et à l'horticulture. Pour les Maori, Rua a introduit la gravure sur bois décorant les maisons cérémonielles. Aux Marquises, la catégorie des dieux créateurs apparaît aussi dans les mythes : Maui - un héros et un coquin ou "trickster" ailleurs - qui était parti à la pêche a tiré les îles de cet archipel du fond de l'eau. Mauike, lui, incarnait le feu ; à sa mort le mythe raconte qu'il pénétra le bois et le récit explique la méthode pour faire du feu par friction avec deux morceaux de bois. Tokohiti, le "Maître" du séjour souterrain des morts, brisa les rochers et en fit sortir les premiers humains. Parmi les premiers hommes et femmes se trouvent Atea qui épousa Atanua qui donna naissance aux peuples polynésiens. Enfin, Tiki est l'initiateur de la gravure et de la sculpture des effigies portant son nom ; dans les généalogies, il n'apparaît qu'à la 14e génération après Atea. Curieusement, il est considéré comme le protecteur de l'inceste. L'origne du feu constitue un thème très riche dans la mythologie océanienne. En Micronésie, sur l'île de Beru, dans l'archipel Tungaru (Kiribati), les habitants disent que c'est au dieu Tangaloa qu'une vieille femme prit le feu du ciel et le mit dans un arbre. Elle enseigna aux hommes la manière de le produire par friction et depuis ils savent cuire leur nourriture - avant ils consommaient les tubercules crus.

En contraste, les mythes des Mélanésiens, présentent une diversité considérable dans la conception de l'origine du monde. Les noms des êtres mythologiques sont propres à un clan, une ethnie ou une région. La hiérarchie des dieux des Polynésiens et Micronésiens, l'élément actif de la création, en est absente. L'univers tel qu'ils le décrivent est le résultat des actes des êtres primordiaux, des ancêtres totémiques, présents au "début du monde" ; la "descente des ancêtres" du ciel est un motif récurrent. Dans les récits, les serpents et les crocodiles - les ancêtres - jouent un rôle de premier plan comme chez les aborigènes australiens, les "serpents-arc-en-ciel". Ils ont enseignés les coutumes aux humains. L'origine de l'homme varie aussi d'un lieu à l'autre (monde souterrain, arbre..) : soit il a été façonné par les ancêtres à partir du sable, de l'argile, soit il est apparu spontanément d'une pierre, d'une plante.

 


Les différents chapitres du contexte "Rites et croyances d'Océanie", passer ce menu

Cannibalisme | Chasse aux têtes | Culte des ancêtres | Déités et sanctuaires | Mana | Mythes d'origine | Parole et écriture | Tabou



Vérifié par A-Prompt Version 1.0.6.0. Niveau WAI 'triple A'