Je veux changer mon accessibilité

Contexte : Objets et techniques d'Océanie

Objets quotidiens

Accès aux autres principaux thèmes de la documentation passer ce menu

Hommes | Cartes et sites | Expéditions | Base de données


Le cadre de vie des peuples de l'Insulinde et de l'Océanie est centré sur la maison d'habitation ; elle présente une grande diversité de formes et de matériaux ; chez les peuples austronésiens, on relève des aspects récurrents dans la structure de l'habitat, notamment des charpentes élaborées avec des piliers solides en bois dur. Parfois, les maisons sont construites directement sur le sol (Java) ou sur des terrasses de pierres sèches, des tertres ; les formes sont ovales ou rondes (Timor, Nouvelle-Guinée, Kanaky, Samoa, île de Pâques) ; elles coexistent avec un type rectangulaire à pignon triangulaire ou arrondi (Tonga, Tahiti). Les cloisons, d'habitude en matériaux légers, des claies de bambous éclaté, des palmes tressées, de l'écorce, de même pour la couverture, offrent une bonne ventilation. Certaines maisons ont des cloisons en planches dégrossies à l'herminette (Bornéo, Micronésie). Les longues maisons, où cohabitent de nombreuses familles dans des appartements contigus, sont attestées dans le sud de la Nouvelle-Guinée et à Bornéo. Seule la Nouvelle-Zélande, en raison du climat tempéré, connaît des maisons plus petites au toit bas en planches, abritant un ou deux foyers.

En Indonésie, le foyer est formé par un cadre de bois où sont placées des pierres sur de la terre au-dessous d'une étagère permettant de fumer les viandes et les poissons. Ailleurs, en Micronésie ou en Polynésie, la cuisine forme un bâtiment séparé sous une sorte de hangar où un four est creusé dans le sol ; les ustensiles, pots et cuillères, plats en bois, coupes, pilons en pierre, s'y trouvent. Pour mettre la nourriture à l'abri des rats, elle est placée sur une claie sur des poteaux surélevés, couverte d'un toit en palmes tressées. A l'intérieur de la maison, l'espace entre les poteaux est recouvert par des nattes en vannerie (rotin, pandanus, roseaux ou matériaux mixtes). D'autres nattes, plus fines, servent de matelas, elles sont accompagnées d'un appui-tête (oreiller) et placées dans un coin pendant la journée. Des crochets et des paniers sont suspendus aux chevrons ou aux poutres. Les habitants y suspendent leur possessions personnelles : parures, crânes-trophées, amulettes, statues, chapeaux de travail et de fête, armes de prestige, souvent enveloppées dans des tissus ou des tapa. Dans la maison, on trouve souvent un bat-flanc courant contre la cloison, plancher surélevé ou litière. Sur le sol, on trouve le nécessaire à bétel ou le sac en noeuds qui contient les ingrédients de la chique. Parfois des remises placées à coté des maisons contiennent des outils et des ustensiles divers de taille volumineuse.

Les outils des populations qui vivent en bord de rivière ou sur les côtes sont destinés à la pêche et à la navigation, pagaies, gaffes, nasses, filets, hameçons et au travail du bois, à la construction et à l'horticulture, herminettes à lame de coquillage ou de pierre dure, limes en pierre de corail, ciseaux en os ou gouges en basalte, bâtons à fouir, hottes et paniers. Les cordelettes en bourre de coco séchée, parfois avec des écorces d'autres arbres sont tressées finement ; elles entrent dans la confection et la décoration de nombreux objets en Océanie (le sennit ou tresse plate de bourre de coco), mais aussi des cordages plus épais. Pour le travail de vannerie, les peuples du Pacifique utilisent des poinçons en bois dur,  métal (Indonésie),  os ou bambou, selon le matériau et les formes choisies.

 


Les différents chapitres du contexte "Objets et techniques d'Océanie", passer ce menu

Agriculture et élevage | Armes | Art | Churinga | Malanggan et Korwar | Objets quotidiens | Pirogues et pêche | Ressources naturelles | Tapa et textiles



Vérifié par A-Prompt Version 1.0.6.0. Niveau WAI 'triple A'