Je veux changer mon accessibilité

Les hommes

Omaï

Accès aux autres principaux thèmes de la documentation passer ce menu

Cartes et sites | Expéditions | Base de données | Contexte

Même si Cook n'avait pas besoin d'aide pour asseoir le prestige de ses expéditions, il faut cependant convenir que la venue d'Omaï à Londres y a largement contribué. Sa famille ayant été victime des attaques d'insulaires voisins, ce Tahitien profita du deuxième passage de l'explorateur anglais pour s'embarquer en 1773 sur le second navire de l'expédition, commandé par Furneaux, malgré les réticences de Cook qui aurait préféré quelqu'un de meilleure origine sociale pour représenter l'île.
À son arrivée en Angleterre, il est confié aux soins du naturaliste Banks qui en fait vite le pôle d'attraction de toute la capitale: le Roi demande à le rencontrer, tandis qu'on s'empresse pour organiser des fêtes en son honneur, et que des peintures et des œuvres littéraires lui sont consacrées. Passionné aussi bien par l'opéra que par les échecs, il enchante la bonne société qui voit dans son aisance et son élégance les caractéristiques du "noble sauvage". Cook le rapatrie lui-même à Tahiti en 1777, et lui fait construire une maison à l'européenne dans laquelle il s'entoure des nombreux cadeaux offerts par les Londoniens: garde-robe complète, armements, animaux domestiques et colifichets. Après avoir, peu à peu, distribué ses richesses à ses compatriotes, il met ses armes au service du roi du pays.
Ne suscitant plus que haine ou indifférence, il meurt deux ou trois ans après son retour, victime de l'isolement dans lequel l'avait finalement placé son séjour en Europe.

 


Sommaire des différentes notices biographiques, passer ce menu :

Ahuturu | Baudin | Bougainville | Cook | d'Entrecasteaux | Dillon | Dumont d'Urville | Duperrey | Freycinet | La Pérouse | Lesson | Omaï | Quoy



Vérifié par A-Prompt Version 1.0.6.0. Niveau WAI 'triple A'